Info du pôle Publié le 28/09/2017

Interview du Président du pôle, Eric BEAUJEAN

Formation :

Directeur Régional d’Enedis Centre-Val de Loire depuis près de 2 ans, Eric BEAUJEAN est devenu le nouveau Président du pôle S2E2 à l’occasion de l’Assemblée Générale 2017.

Retrouvez, au travers de cette interview, sa volonté et son ambition de faire du pôle un outil efficace au service de ses membres et de l’innovation sur son territoire.

Quelles sont les raisons qui vous ont amené à rejoindre le pôle S2E2 ?

Eric BEAUJEAN : Je suis un énergéticien, qui a travaillé toute sa carrière dans la distribution. Pas seulement l’électricité, mais aussi le gaz et la chaleur. En outre sur un plan opérationnel, mes expériences successives m’ont amené à manager des équipes et à établir des partenariats avec  des entreprises dans le cadre de projets. Ce monde des projets a d’ailleurs marqué toute ma carrière et m’a permis de réaliser de belles choses en France comme à l’étranger. C’est donc naturellement que ces différentes expériences m’ont conduit à venir au pôle en pensant que je pouvais être un acteur qui faciliterait le développement de cet outil au cœur de la recherche et de l’innovation dans le domaine de la transition énergétique 

 

Quelles sont les circonstances qui vous ont permis de connaitre le pôle ?

E.B : Tout d’abord la nouvelle stratégie mise en place par Enedis consiste à être plus présent dans le développement économique régional et d’être un acteur reconnu avec des compétences, qui en font un acteur incontournable de la transition énergétique sur son territoire.

Ainsi, dès mon arrivée sur Tours, en février 2016, j’ai rencontré l’ensemble des élus. J’ai passé près d’une année à « faire le tour », en commençant par François BONNEAU, le Président du Conseil Régional Centre-Val de Loire, mais aussi les présidents des métropoles d’Orléans et de Tours, les députés, les maires… Très vite, j’ai entendu parler du pôle S2E2, comme étant un excellent outil au service de l’innovation. Par la suite, l’idée m’est venue qu’Enedis pouvait tenir un rôle important au sein du pôle et que ce rôle correspondait à sa nouvelle stratégie de rapprochement du monde économique.

Par ailleurs, en discutant avec les élus, je me suis aperçu qu’ils applaudissaient des deux mains quant à mon souhait de m’impliquer dans le pôle. J’ai donc ressenti une réelle volonté politique de disposer d’un grand acteur qui puisse être, associé aux PME qui composent le pôle S2E2, un vecteur industriel pour le développement économique local.

Quelle est votre vision du pôle après quelques mois de présidence ?


 E.B : Depuis ma prise de fonction comme président en mai 2017, je suis toujours en phase d’apprentissage. C’est un « temps long » où il me faut apprendre à connaitre les différents acteurs qui interagissent avec le pôle S2E2. Je me dois, donc, d’être actif et d’assurer la représentation du pôle en pleine cohérence avec les actions menées par son équipe opérationnelle.

Par ailleurs, dans un premier temps, je vais faire un état des lieux du pôle, car il y a un certain nombre de choses qui m’interrogent, comme son organisation, son mode de fonctionnement ou encore son écosystème.

Sur ce dernier point, je trouve qu’il y a beaucoup d’acteurs, sur le territoire du pôle, dans les domaines de l’énergie ; CCI, Clusters, grappes d’entreprises… Malgré tout, dans cet ensemble, la force du pôle est de se distinguer par l’expertise de son conseil scientifique et la qualité de son label. 

Mon rôle sera donc de montrer que nous sommes une structure efficace à l’écoute de ses membres et des institutionnels qui le soutiennent. C’est ainsi que l’on se différenciera et que l’on continuera d’exister dans le paysage de l’innovation.

Mon rôle sera donc de montrer que nous sommes une structure efficace à l’écoute de ses membres et des institutionnels qui le soutiennent. C’est ainsi que l’on se différenciera et que l’on continuera d’exister dans le paysage de l’innovation.

Dans ce paysage, quelles sont vos ambitions pour le pôle ?

E.B : Je souhaite renforcer les liens du pôle avec un certain nombre d’acteurs. Bien entendu avec les collectivités qui nous accompagnent, mais aussi avec des acteurs tels que l’association « Think Smart Grids » qui a un rôle de promotion et de développement de l’énergie dans le monde, ou encore avec le pôle MEDEE, qui est membre du conseil d’administration du pôle.

L’idée, c’est aussi de renforcer les interactions avec les autres pôles de compétitivité de l’énergie (Derbi, Tenerrdis, Capénergie, Fibres-Energivie), voire avec d’autres pôles ou clusters, en France ou à l’étranger, sur des projets qui n’incluent pas essentiellement des problématiques énergétiques.

Quelle est votre vision de l’innovation au sein du pôle ?

E.B : Je souhaite développer des projets à enjeux, qui renforcent la visibilité du pôle sur le plan régional et national. Il nous faut créer des synergies entre adhérents, sur des sujets porteurs et trouver les bons projets qui peuvent intéresser les collectivités et leurs représentants. Il nous faudra, donc, nous différencier sur des créneaux tels que les économies d’énergie, le numérique ou encore l’efficacité énergétique.

Dans le domaine des « Smart Grids », le pôle travaille sur SMILE (projet destiné à faire de l'ouest de la France, un territoire pionnier pour le développement des réseaux électriques intelligents) dans lequel nous sommes acteur, en tant que membre du Conseil d’Administration et animateur de comités de détection et d’émergence de projets. Mon message est qu’il faut aller se « nourrir sur SMILE » et s’y impliquer davantage.

Ce sont les grands axes qui porteront le pôle.

Ainsi, S2E2 sera reconnu sur des projets porteurs d’intérêt pour les régions qui l’accompagnent, mais également pour les adhérents qui en tireront du business.

Quels sont les axes de développement que vous envisagez pour le pôle ?

E.B : Tout d’abord, je souhaite impliquer davantage les adhérents dans la vie du pôle. Nous allons, donc, regarder comment fonctionnent les autres pôles de compétitivité vis-à-vis de leurs membres. Car il y a des choses qui existent par ailleurs, qui ne sont pas présentes chez S2E2.

Ensuite, il nous faudra limiter le turnover important d’adhérents, en trouvant les moyens de les fidéliser durablement au pôle.  Il nous faudra également aller chercher de nouveaux membres, afin de renforcer les compétences du pôle sur ses thématiques. C’est un  sujet sur lequel je compte personnellement m’investir et notamment auprès de groupes présents sur nos territoires.

Concernant les moyens, nous sommes, certes, limités par rapport à d’autres pôles de compétitivité. C’est un sujet récurrent. Néanmoins avec notre effectif actuel, nos résultats sont bons. Maintenant, il nous faut réfléchir aux compétences que l’on souhaite mettre en place par rapport aux ambitions que l’on se donne.  Dans ce cadre, dès octobre, nous allons réaliser un audit en vue de préparer notre positionnement stratégique 2018. Une étape incontournable pour l’avenir du pôle.

Que souhaiteriez-vous mettre en place lors de votre mandat ?

E. B : Le sujet des financements européens me tient particulièrement à cœur. C’est un sujet vers lequel nous pousse la région Centre-Val de Loire. Une demande qui nécessite, néanmoins, un investissement conséquent du pôle pour comprendre les différents mécanismes. Il nous faudra investiguer dans ce sens.  Il s’agira de trouver les bons relais pour que le pôle puisse aider ses adhérents à se développer à l’international, s’ils le souhaitent.

Enedis peut, également, accompagner le pôle à ouvrir des portes grâce à sa connaissance de ces financements européens. J’ai d’ailleurs rencontré, cet été, nos représentants à Bruxelles, et ils sont ouverts à l’idée de nous accompagner dans cette voie.

Quelle sera l’implication d’Enedis auprès des adhérents du pôle ?

E.B : Tout comme le pôle, Enedis est un acteur de la transition énergétique. En effet, nous sommes un acteur important, qui dispose d’un fort savoir-faire dans les domaines des réseaux électriques. Ce que l’on souhaite c’est aider les adhérents du pôle en apportant nos compétences, notre réseau, voire même être source d’idées. En tant que Directeur Régional d’Enedis et Président du pôle S2E2, c’est une volonté personnelle d’être le plus proche possible de nos adhérents et de les accompagner dans leur développement.


Eric BEAUJEAN, à 53 ans est le Directeur Régional d'Enedis en Centre-Val de Loire.

Enedis en chiffres : 

  • 1,4 million de clients dans l’ensemble  de la région Centre-Val de Loire, dont 160.000 en Eure-et-Loir.
  • 1.400 employés de l’entreprise dans  la région.
  • 130 millions d’euros investis, chaque année, par Enedis, en Centre-Val de Loire